Qui Sommes-Nous

L’école nationale de formation hôtelière et touristique est une institution gouvernementale. Elle a une Direction Nationale sous tutelle du Ministère du Tourisme.

Elle est créée en 1959 et située au 2, Avenue Assan II (ex Albert Sarraut).

Elle dispose, de locaux administratifs, de six salles de classe, d’un restaurant et d’une cuisine d’application ainsi que d’une salle des professeurs.

Les organes de l’Ecole Nationale de Formation Hôtelière et Touristiques sont:

La Direction constituée par le Directeur, le Directeur des Etudes et le Surveillant général

Les Conseils : de Perfectionnement, des Formateurs, de Discipline

Comité de gestion des ressources propres (conformément aux dispositions réglementaires sur la fonction de service)

PERSONNEL: L’ENFHT compte Seize (16) agents permanents de l’Etat dont sept (7) enseignants, (13) vacataires et (3) contractuels

 HISTORIQUE DE L’ECOLE

L’Ecole Nationale de Formation Hôtelière et Touristique(ENFHT) forme des élèves et des étudiants en tourisme, en hôtellerie et en cuisine restauration. C’est une école très ancienne qui est le fruit d’une coopération entre la France et le Sénégal.

Construit en 1928, le bâtiment de type architectural byzantin, abritait d’abord le célèbre Hôtel Normandie qui faisait office d’hôtel de transit destiné aux officiers de l’armée française affectés dans les colonies françaises d’Afrique. La gérance était à cette époque entièrement assurée par des officiers français.

Diverses personnalités françaises en particulier des officiers de la grande armée coloniale, ont eu à séjourner dans nos bâtiments ; parmi elles, De Lattre de Tassigny, qui, à la bataille des Ardennes, a conduit les troupes françaises d’Afrique, les vaillants tirailleurs sénégalais. Cet arrière-plan historique et sa configuration architecturale lui valent aujourd’hui d’être répertorié patrimoine historique classé par l’UNESCO.

Créée en 1959, avant les indépendances, l’Ecole Nationale de Formation Hôtelière et Touristique(ENFHT) était logée d’abord à la Rue Jules Ferry. Elle fut transférée ensuite au Cap Manuel en 1962 puis au 2Avenue Albert Serrault, dans les bâtiments actuels en 1971. Le bâtiment abritait jusqu’en 1970 le Centre d’Enseignement Technique Féminin(CETF) de Dakar. Il n’a été affecté au ministère du tourisme qu’en 1971 et devait à cette époque répondre aux besoins de formation du personnel spécialisé en tourisme, hôtellerie, cuisine et restauration. Le choix porté sur ce site n’est pas fortuit : la proximité immédiate avec l’ambassade de France et du quartier d’affaires zone Kermel ainsi que la forte présence de services français dans le quartier du Plateau de Dakar, nécessitait alors un personnel spécifiquement formé dans les grandes écoles françaises d’hôtellerie et de restauration. Parmi ces écoles on peut citer les lycées professionnels de Strasbourg, de Lille et de Tarbes, le pays du maréchal JOFFRE. Les curricula et méthodologies d’enseignements sont par conséquent typiquement français. L’actuel parrain de l’école, Cheikh AMALA SY, est lui-même un pur produit de l’école française. Aujourd’hui, l’école accueille diverses nationalités de la sous-région et constitue un espace de formation cosmopolite à partir duquel la cuisine et la restauration françaises sont vulgarisées dans la sous-région. Elle est devenue un espace de paix, de dialogue et d’échanges et plus encore un nouvel espace de rencontre entre la culture française et les traditions africaines.

MISSION DE L’ECOLE

Parmi les mesures mises en place par le Gouvernement pour relever les défis de la mondialisation qui impacte le développement du tourisme et faire face aux besoins accrus en personnels qualifiés, aux compétences pointus dont le secteur a besoin, figure, en bonne place, l’Ecole Nationale de Formation Hôtelière et Touristique (ENFHT).

Conformément au décret n° 91-1440 du 19 décembre 1991 abrogeant et remplaçant le décret n° 89-188 du 13 février 1989, l’Ecole de Formation Hôtelière et Touristique a pour mission principale:

– la formation au niveau moyen et supérieur dans les spécialités hôtelières et touristiques pour la satisfaction des besoins en compétence des entreprises;

– la promotion de l’emploi des jeunes et l’employabilité des travailleurs du secteur.

– l’employabilité des travailleurs du secteur.

POLITIQUE D’INSERTION 

Pour mieux assurer cette mission, il est mis en place une division recherche développement et insertion.

La promotion du secteur du tourisme doit être un moyen de résorption du chômage, surtout celui des diplômés.

Les diplômes du niveau Agent d’exécution en hôtellerie (commis de cuisine et de restaurant) sont presque tous absorbés par les entreprises. L’offre de l’école en personnels formés est du reste inférieure à la demande.

A la demande des Hôtels et des restaurants, il faut ajouter une demande particulière constituée par :

  • Les ambassades,
  • les institutions de l’Etat (assemblée, université, hôpitaux et cliniques),
  • Les particuliers.

Lorsque l’offre d’emploi est déficiente, les diplômés de l’école se lancent dans l’entreprenariat individuel.

C’est au niveau du tourisme que le taux d’absorption reste moyen. Mais les tendances actuelles à la reprise du secteur touristique font qu’il y a des possibilités d’insertion à moyen terme.